Mutuelle de France des Hospitaliers - MFH
Revue de Presse

LETTRE OUVERTE DES MUTUELLES DE FRANCE AUX DEPUTES ET SENATEURS


La solidarité est un de nos droits fondamentaux. La Nation assure à tous la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs. Cette solidarité est de nouveau soumise à rude épreuve par trois projets de loi présentés à votre jugement et à votre vote. Nous vous appelons solennellement à ne pas voter les dispositions qui sapent silencieusement le socle de notre citoyenneté sociale.

Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale ppor 2011 ne finance rien.
Il participe, au contraire, au déficit qui, d'année en année, atteint des hauteurs historiques. Il organise un nouveau repli de l'assurance-maladie universelle et solidaire. Des médicaments utiles, ceux à vignette bleue, seront moins bien remboursés, et la part des soins hospitaliers laissée à la charge des malades sera plus lourde si cette loi était votée en l'état.
NE LE VOTEZ PAS.

La loi de finances, dont l'objectif proclamé est de réduire le déficit plublic, considère qu'aux couvertures complémentaires, pourtant devenues indispensables pour accéder aux soins précoces, à la prévention, à la santé dentaire, seraient attachés des privilèges fiscaux qu'il conviendrait de supprimer. Taxer les contrats de santé solidaires et reponsables, puisque c'est de cela qu'il s'agit, est autant une injustice qu'une aberration de santé publique. ce serait encourager les pratiques non vertueuses de notre système de santé et renforcer les inégalités sociales de santé alors que, pour des raisons financières, déjà près d'une personne sur quatre renonce à consulter ou retarde le moment de se soigner.
NE LE PERMETTEZ PAS

Un projet de loi organique, c'est-à-dire une loi qui se place au-dessus de nos lois ordinaires, prévoit, à la demande du gouvernement, dans ses dispositions déjà adoptées par le Sénat, d'allonger de quatre ans la durée de la Caisse d'amortissement de la dette sociale.
Comment admettre que les générations d'aujourd'hui, que celles de demain paient, jusqu'en 2025, pour des maladies déjà soignées ou pour des maladies même pas encore déclarées.
NE L'ADMETTEZ PAS.

La protection sociale est une des conditions de l'autonomie, de la liberté.
La protection sociale est ce qui nous attache aux autres par des liens de réciprocité.
Elle doit nous protéger, tous et chacun, plutôt que de nous inquiéter, nous faire redouter le lendemain. Nous vous demandons de restaurer cette confiance en faisant en sorte que la loi conforte notre système de protection sociale.


Le 20/10/2010


« Retour aux actualités
Statuts et  Règlement  Intérieur | Qui sommes nous | Mentions Légales

© 2007-2017, Mutuelle de France des Hospitaliers