Mutuelle de France des Hospitaliers - MFH
Revue de Presse

SYSTEME DE SANTE : DES IDEES NOUVELLES VENUES D'AILLEURS


Comment organiser de manière neuve les soins primaires? La loi HPST ne brille pas par ses innovations.
Rien sur la répartition géographique, rien sur les modes de rémunération, rien sur la hiérarchisation des soins. Les idées neuves se trouvent plutôt aux quatre coins du monde. Une récente étude de l'IRDES nous en décrit quelques unes.

Dans plusieurs pays, ici parmi les pays étudiés la Finlande, la Suède et l'Espagne, soins primaires et centres pluridisciplinaires vont quasiment de pair. En Catalogne (en Espagne les régions disposent de pouvoirs étendus en matière de santé) sont définies des aires sanitaires de base avec une population déterminée, de 5000 à 25 000 habitants, et au moins un centre de santé. Ces centres sont tenus de fonctionner 24 heures sur 24 et tous les jours de l'année.
Le nombre des professionnels de santé est également fixé en fonction de la taille de la population : un médecin de famille pour 1750 à 2500 habitants, une infirmière par médecin, un dentiste pour 11 000 habitants et une assistante sociale pour 25 000 personnes.

D'autres pays inaugurent de nouvelles formes de médecine groupée mais pas forcément interdisciplinaire. Ainsi dans plusieurs provinces du Canada se sont mis en place des réseaux de soins de première ligne regroupant pour l'essentiel des médecins généralistes. Ces regroupements qui portent des noms différents sont tous chargés d'assurer des soins 24heures sur 24 aux patients inscrits sur leurs listes.

PRISE EN COMPTE DE LA QUALITE

Au Royaume-Uni un nouveau contrat a été introduit entre d'une part les médecins généralistes - ils exercent le plus souvent en cabinet de groupe et ils sont la porte d'entrée dans le système de santé - et d'autre part l'administration publique qui gère le National Health System. Désormais, expliquent les chercheurs de l'IRDES, 30% du budget versé par le NHS au cabinet de groupe dépendra de la qualité des soins prodigués.

La qualité des soins est évaluée sur la base d'un référentiel qui comprend une centaine d'indicateurs.
D'une manière générale, la rémunération des médecins est une combinaison de plusieurs modes de paiement. La Suède et la Finlande ont adopté un système qui comprend une part salariale, une part de paiement à la capitation et une part de paiement à l'acte.
En revanche les médecins spécialistes, dans des pays comme le Royaume-Uni, les Pays-Bas et la Nouvelle-Zélande, exercent majoritairement à l'hôpital et sont salariés.
Enfin, s'agissant du partage des rôles entre soignants, la Suède, par exemple, autorise les infirmières à prescrire un nombre limité de médicaments et la Finlande leur permet d'accomplir certains actes médicaux, après formation, en cas de pénurie médicale dans certaines disciplines.


Le 25/06/2010


« Retour aux actualités
Statuts et  Règlement  Intérieur | Qui sommes nous | Mentions Légales

© 2007-2017, Mutuelle de France des Hospitaliers